Conseils thérapeutiques contre la crise de boulimie

crise de boulimie

Se manifestant par des ingestions excessives d’aliments, la boulimie est un trouble souvent méconnu et négligé par le grand public. Si l’origine de cette maladie n’a pas été spécifiquement définie, on peut toutefois dire que des facteurs génétiques, neuroendocrines, psychologiques, familiaux ou sociaux peuvent favoriser l’apparition de ce trouble chez un individu. Si elle fait apparition vers la fin de l’adolescence, on n’arrive à la diagnostiquer que six ans plus tard. Guérir de ce trouble est souvent très difficile, mais pas impossible. Dans cet article, on vous détaille tout ce dont vous avez besoin de savoir sur les traitements thérapeutiques de la boulimie.

Les médicaments

Pour réduire les symptômes de la boulimie, il existe des médicaments qui permettent notamment de limiter le nombre de crises, mais également pour traiter les causes de la maladie comme l’anxiété et la dépression qui sont souvent associées à la maladie.

Les médecins ont une préférence pour les antidépresseurs dans le traitement de la boulimie afin d’amoindrir les crises répétitives liées à la maladie. Généralement, la fluoxétine est celle qui est la plus privilégiée dans le domaine. En effet, cette substance permet d’inhiber la sérotonine qui est une hormone responsable de réguler les émotions et les humeurs. Ce médicament peut être accompagné d’anxiolytiques pour prévenir l’anxiété.

La psychothérapie

En cas de trouble boulimique, un accompagnement psychothérapique est souvent vivement conseillé par les médecins. En effet, cette maladie peut être causée par une faible estime de soi et d’autres conflits que l‘individu entretient avec son entourage. Pour améliorer sa perception de lui-même et travailler sur ses soucis psychologiques, plusieurs types de thérapies existent.

C’est le cas notamment du TCC ou thérapies comportementales et cognitives. Cette méthode est une des plus utilisées dans le domaine afin d’amener le patient à prendre du recul sur ses comportements psychologiques et d’y poser un regard critique. Au lieu de chercher la cause de la maladie, le TCC essaie de trouver les moyens d’agir sur ce dernier.

Comme l’origine de la boulimie peut-être aussi familiale, une thérapie systémique familiale peut être adoptée. Plus orientée vers les modes de communication et les différentes interactions, cette thérapie vise à améliorer les rapports internes et à installer une ambiance plus favorable au traitement de la maladie au sein du foyer.

Enfin, on retrouve la thérapie nutritionnelle qui doit accompagner n’importe quel type de thérapie choisie par la psychothérapeute. Il s’agit surtout d’éduquer le patient à une alimentation équilibrée et saine. Il doit également apprendre à éviter les aliments sucrés qui peuvent favoriser les vomissements par la suite. Lors des séances, on le réhabitue notamment à manger à table, et cela dans des quantités raisonnables.

L’hospitalisation

Dans les cas les plus extrêmes, l’hospitalisation représente souvent la seule solution. Cette option est souvent recommandée dans le cas où les traitements médicamenteux n’ont pas fait effet et si le malade présente des soucis de santé importants comme la détérioration du système digestif due à la quantité de nourriture avalée, mais aussi aux vomissements à répétition par la suite.

Conseils thérapeutiques contre la crise de boulimie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut